Défi des 100 jours pour une alimentation consciente

Jour 17: Changer sa routine alimentaire ou Qui a dit qu’il fallait faire 3 repas par jour!

Ça commence plutôt bien! J’aime le changement. J’ai toujours beaucoup appris quand j’ai fait les choses autrement. Autrement que ce que j’avais prévu, autrement que ce que j’avais imaginé, autrement que ce que l’on m’avait conseillé…

Je suis fondamentalement une anti-conformiste. Cela ne veut pas dire que je suis anarchiste, mais je n’ai aucune difficulté à faire différemment de ce que fait la majorité des gens.

Après, de là à dire que j’assume tout…

Par nature, j’aime plutôt suivre mon intuition, quitte à m’apercevoir après, que la plupart des autres personnes, en général, font autrement.

Par exemple, j’ai pratiqué l’allaitement long avec mes deux enfants (13 et 31 mois. Oui oui, il n’y a pas d’erreur de frappe, vous lisez bien 31), le cododo, le portage en écharpe nuit et jour alors que j’ai fait des études longues, travaille et occupe un poste à responsabilité.

Ou encore, j’ai été propriétaire de mon premier appartement à 25 ans, puis d’une maison à 30 pour finalement tout vendre à 34 et habiter aujourd’hui dans un appartement en location.

Ou encore, je ne pars pas en vacances aux mois de juillet ni août (ou rarement). J’aime prendre mes vacances en mai – juin, octobre – novembre et décembre ou février.

Alors, je me rends bien compte que quand j’annonce ce genre d’étrangeté, soit je passe pour une menteuse … Elle croit qu’on va gober qu’il s’agit de choix de vie…, soit pour une excentrique ... Elle est bizarre celle-là …. Je ne suis ni l’un ni l’autre.

Je m’efforce de savoir ce qui me correspond et l’applique indépendamment de ce que peuvent penser ou faire la majorité des autres êtres humains.

Et, aujourd’hui, j’ai pris une claque car je me rends que je suis finalement plutôt conformiste en terme de routine alimentaire.

Le défi du jour consistait à changer nos habitudes et routines alimentaires. 

Prendre un petit déjeuner en ville, faire un pique nique, goûter de nouveaux aliments… Peu importe quoi, mais faire différemment!

OK

Brainstorming à la maison pour lister toutes nos idées. Il en ressort:

  • Prendre mon petit déjeuner en ville, en terrasse, Café noir + quart de baguette + beurre + confiture
  • Faire mes courses au marché uniquement pour un menu spécifique et le cuisiner tout de suite en rentrant
  • Manger dehors
  • Manger froid sur ardoises à partager
  • Commencer par le dessert
  • Se faire un restaurant
  • Manger tout le repas sur une grande assiette unique par personne
  • Suivre nos besoins et manger chacun quand nous le souhaitons, indépendamment des heures traditionnellement admises.

Il fallait ensuite choisir les idées qui retiennent notre attention et les mettre en oeuvre.

L’organisation de la journée a permis de mettre en oeuvre la dernière. … Je suis contente, c’était l’une de mes idées… J’ai appris une chose très importante!

Qui a dit qu’il fallait faire 3 repas par jour!

Akhenaton:

Petit déjeuner à 8h - Collation à 10h30 - Déjeuner à 13h00 - Pas de goûter - Dîner à 17h19 (hors dessert) - Dessert à 20h00

 

Moi:

Grand thé à 8h00 - Grand café à 10h30 avec 2 tartines - Déjeuner à 13h00 - Goûter à 18h00 - Dîner à 20h30 - Grande tisane à 22h00.

 

J’ai été élevée dans l’idée que:

  1. L’esprit de famille nécessite que tout le monde mange à table à la même heure,
  2. Grignoter entre les repas c’est beurk, caca boudin!
  3. Quand on sort de table, on n’a plus le droit de rien manger ensuite, sinon…

Aujourd’hui j’ai fait volé en éclat quelques croyances et je dois bien dire que cela ne m’a pas fait sourciller plus que ça. (sauf pour le dîner de 17h19, j’avoue…)

J’ai trouvé l’ambiance détendue à la maison. Les enfants ont été à l’écoute de leurs besoins – puisqu’aucun adulte n’allait leur dire: “Les enfants, à table, il est l’heure de manger.”

Finalement, c’est quand l’heure de manger si ce n’est quand on a faim… Dès lors que l’on a bien déterminé que c’est notre corps physique qui a faim. Rappelez-vous.

Je sens que je vais me créer des problèmes toute seule. Parce que c’est tout de même confortable pour la mère nourricière que je suis,  de faire manger tout le monde, la même chose à la même heure!

Et le respect du rythme là, il est où…

De la même manière que je n’ai jamais compris que l’on impose l’heure de la pause dans le monde du travail, je suis en train de prendre conscience que je n’ai plus envie d’imposer l’heure du repas à mon corps.

J’ai conscience que j’écris des choses qui vont à l’encontre de ce que préconisent les magasines Santé en vogue. Et c’est OK pour moi! J’ai envie de le tester ainsi et voir. Cela ne veut pas dire que l’on ne trouvera pas un rythme régulier – décousu par rapport à la norme – mais régulier.

L’ennui est que si cela fonctionne, je vais devoir ajouter une bizarrerie à mon compteur de vie. Je serai dans l’obligation de déscolariser mes enfants. Je me vois mal écrire dans la case OBSERVATION de la fiche sanitaire “Mon enfant prend son dîner à 17h19. Vous seriez aimable de lui mettre au frais sa lunch box. Bien cordialement.”

Et vous? Si vous deviez faire quelque chose différemment ce serait quoi?

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *