Défi des 100 jours pour une alimentation consciente

Jour 41: Le temps. Et si je choisissais mon rapport au temps

Du temps, j’en aurai pris depuis l’article du jour 40. Et vous savez quoi? C’est tout à fait OK pour moi. Je m’explique:

Le défi du jour 41 consiste à choisir en conscience de son rapport au temps. 

Que pensez-vous de la phrase: Je choisis d’avoir le temps comme je choisis de me pressé.e?

Si cette phrase vous dérange, vous met en colère, c’est probablement que vous subissez votre rapport au temps.

Le défi du jour consiste à tester le fait que notre rapport au temps se transforme avec notre perception de celui-ci.

Autrement dit et pour paraphraser Henry FORD:

Que vous pensiez avoir du temps ou ne pas en avoir; vous avez raison.

Je lisais le défi du jour 41 le 13 septembre dernier et j’ai cessé d’écrire le 15 septembre. Sans culpabiliser, j’ai décidé d’arrêter, pour un temps, le défi. J’ai fait ce choix en conscience et en total accord avec moi-même.

Pourquoi ai-je choisi de mettre une parenthèse dans mon défi des 100 jours?

Je me suis rendue compte que je ne prenais plus le temps de prendre le temps.

J’ai débuté le défi le 4 août – à cette époque j’étais presque en congés, s’annonçait une période de calme que je pouvais investir pour me lancer dans ce projet ambitieux de défi des 100 jours.

Puis la rentrée est arrivée, j’ai aménagé, organisé mon temps pour continuer jusqu’au moment où je me pressais. J’avais beaucoup de journées de formation à préparer et de nouveau projets à lancer. J’avais un choix à faire, continuer le défi et ne plus écrire au fur et à mesure ou stopper le défi & l’écriture puis reprendre quand ce sera le moment.

De plus, j’avais été bien ébranlée par la prise de conscience du jour 38. Je sentais avoir besoin de digérer les choses…

J’ai donc écouté mon intuition et me suis concentrée sur mes autres domaines de vie.

C’est chose faite! J’ai pris le temps de mettre de la conscience afin d’harmoniser mes différentes sphères de vie. Régulièrement je fais le point, grâce à mon bullet journal, et organise en conscience et en habitant pleinement l’instant présent, les semaines et mois à venir et définit le déséquilibre de mes domaines de vie que je vais alors vivre. Pour en savoir plus sur cette habitude qui rend ma vie plus zen et en découvrir 2 autres, lisez l’article Mes 3 habitudes zen pour vivre plusieurs vies en une.

J’avais besoin de temps pour faire entrer cette nouvelle pratique dans ma réalité quotidienne. Avoir de la bienveillance envers soi, c’est aussi accepter de lâcher prise dans un défi qui nous tient à coeur.

Je crois fondamentalement que nous avons le pouvoir voire même la responsabilité de choisir notre rapport au temps.

 … “J’aurai adoré t’accompagner mais je n’ai pas le temps! Quel dommage!” …  Imaginez mon scepticisme quand j’entends ce type de phrase.

J’entends plutôt “j’aurai aimé mais je fais le choix de ne pas prendre le temps”

J’ai envie de répondre: Organisez-vous, faîtes des choix et assumez-les. Un peu d’authenticité dans les relations! Est-ce trop demander?

Qu’en diraient mes grand-mères?

J’imagine parfois une conversation que j’aurai pu avoir avec mes grand-mères si elles avaient étaient encore vivantes. Comment pourrai-je soutenir leur regard en leur disant que je n’ai pas le temps alors que j’ai 4 fois moins d’enfants qu’elles, une lavante-séchante, un vaporetto et amazon prime. J’aurai franchement honte.

Pour autant je ne nie pas la vie stressante presque suffocante que nous pouvons choisir de mener. Notre bonheur tient dans la qualité de conscience et de présence que nous mettons dans nos actes.

Il faut du temps pour vivre 

Aujourd’hui, les auteurs du défi nous propose de répéter le mantra “J’ai le temps de tout faire” tout au long de la journée. Vous êtes sceptiques? Essayez! Mettez une alerte sur votre téléphone toute les heures et dès que cela sonne prenez une grande inspiration et dîtes “J’ai le temps de tout faire”. Vous verrez que vous ne passerez pas la même journée…

Sonnya

Spread the love
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 réflexions au sujet de “Jour 41: Le temps. Et si je choisissais mon rapport au temps”

  1. Hello Sonnya,
    Je prends le temps d’écrire ce message… 🙂
    Comme toi, j’ai pris le temps de mettre en pause mon défi de blogueur un moment… et d’y mettre fin.
    Et parfois je fais “pause” dans mon agenda et je reporte tout à un moment indéfini dans le temps.
    Et ça fait du bien !
    Merci pour ton bel article.
    Olivier

    1. Merci Olivier pour ce commentaire. C’est surprenant cette expérience partagée du défi de blogueur avorté. Je pratique aussi le principe de la pause quand c’est juste pour moi et ça fait effectivement du bien. Un stop choisi plutôt que subi! Merci d’avoir pris le temps et au plaisir d’une rencontre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *