Cultiver la bienveillance envers soi

Les bonnes résolutions sont-elles une fausse bonne idée?

10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1… BONNE ANNÉE ✨🎉🍾

6 bonnes pratiques pour transformer une bonne résolution inutile en résolution bonne pour soi. 

Les bonnes résolutions de fin d’année sont elles un bonne ou une mauvaise chose ?

Cet article participe à l’événement inter-blogueurs organisés par l’auteur du blog Devenez Meilleur. J’ai notamment apprécier la lecture de l’article l’auto-discipline car vous verrez que tenir une résolution bonne pour soi ne relève pas que de l’auto-discipline!

Difficile de ne pas faire de bonnes résolutions en janvier! Tout le monde ne parle que de ça!

Les bonnes résolutions: une histoire de tradition…

Les bonnes résolutions sont une coutume de la civilisation occidentale qui consiste, à l’occasion du passage à la nouvelle année le 1er janvier, à prendre un ou plusieurs engagements envers soi-même pour améliorer son comportement, une habitude ou son mode de vie durant l’année à venir.

Wikipédia

Même le gouvernement américain propose une liste officielle de bonnes résolutions les plus populaires!

  • Améliorer son bien-être physique : manger sainement, perdre du poids, se remettre en forme, boire moins d’alcool, arrêter de fumer, ne plus se ronger les ongles…
  • Améliorer son bien-être mental : pensée positive, rire plus souvent, profiter de la vie, avoir une meilleure éducation, réduire son stress…
  • Améliorer ses finances : payer ses dettes, économiser de l’argent, réaliser des investissements…
  • Améliorer son engagement social : être sociable, se faire des amis, passer plus de temps en famille, développer son intelligence sociale, trouver un meilleur travail, se porter volontaire pour aider les autres…
  • Faire un voyage

C’est parce que cette tradition est ancrée dans nos habitudes qu’il est difficile de ne pas y penser! Et en même temps, elles sont si rarement tenues, qu’elles en deviennent culpabilisantes !

Mais cette tradition est parfois culpabilisante!

Que vais-je choisir de ne pas tenir comme résolution cette année?

Qu’est ce que je vais encore choisir de louper cette année !? Quelle bonne résolution – que je sais donc bonne pour moi, ne vais-je encore pas réussir à tenir?

Arrêter de fumer – Stopper la mal-bouffe – Arrêter de procrastiner – Maigrir de plusieurs kilos- Ne plus grignoter entre les repas- Faire du sport- Ne plus me mettre en colère pour une broutille- Ne plus remettre à demain ce que je peux faire immédiatement- Appeler mes parents une fois par semaine – Appeler mes beaux-parents de temps en temps – Lire au moins un livre par mois – Ne plus regarder d’émission idiote à la télé- Jouer moins avec la console de jeu vidéo des enfants – Ne plus faire d’ordinateur le dimanche – Dépenser moins en vêtements- Dépenser moins en chaussures – Économiser pour les vacances – Boire un peu moins de bière – Arrêter de faire des jeux de mot qui ne font rire que moi – Penser à fêter les anniversaires – Envoyer une carte de voeux pour le nouvel an – Demander une augmentation à mon chef de service – Refaire mon CV et chercher un meilleur job- Adhérer à une association- Donner au téléthon- Conduire de façon plus cool- Essayer de retrouver mes points de permis – Passer mon permis- Repeindre les volets – Ranger le garage- Entretenir mieux le jardin – Mettre la musique moins forte – Me laver les dents deux fois par jour – Aller chez le dentiste – Ne plus dire de mal de mes collègues – Ne pas acheter juste parce que c’est nouveau… ET ma préférée d’entre toutes:

Arrêter de faire des résolutions en début d’année que je ne pourrais pas tenir!!!

Au secours!!! Ça donne presque le tournis. Et pourtant, je suis certaines que vous avez déjà pris l’une de ces résolutions et ne l’avez pas tenue.

Une tradition culpabilisante car le fait de ne pas tenir nos résolutions nous renvoient à nos incompétences, au fait que nous ne sommes pas capables, pas foutu.e.s de faire ce qui est bon pour nous!

Même si l’on prend les choses avec distance, le fait de manquer à tenir ses engagements, diminue notre confiance en nous et notre estime de nous-même! Pour peu que vous l’ayez annoncé à d’autres personnes qui se chargeront de vous rappeler: Ben alors!? Tu n’as pas arrêté de fumer finalement??

Quand une anodine tradition alimente le manque de confiance en soi!

Les 5 causes majeures du manque de confiance en soi​…

  1. La peur de la critique​ … 
  2. Le sentiment d’infériorité​ … 
  3. L’incapacité à s’affirmer​ … 
  4. Le perfectionnisme. … 
  5. La culpabilité

… sont nourries par les résolutions prises et non tenues!

Imaginez… Vous êtes dans le flow de la soirée du Nouvel An! L’ambiance est géniale, vous avez bien mangé et sirotez une coupe de champagne. Vous discutez de bonnes résolutions et pris.e dans les good vibes de la soirée vous clamez solennellement : C’est décidé! Cette année j’arrête de … Tout le monde vous encourage, vous félicite, vous vous sentez grisé.e par cette belle énergie!

Le temps passe et une semaine plus tard, vous n’avez toujours pas arrêté. Cela vous trotte dans la tête mais pas d’urgence… On n’est que le 6 janvier. Et un matin, vous croisez à nouveau la même bande d’ami.e.s que le fameux soir du 31.12. Ils sont curieux de savoir comment cela s’est passé pour vous d’arrêter… Sauf que nous sommes en février et que vous … vous n’avez rien fait pour commencer à arrêter…

C’est alors que la confiance en soi descend en flèche:

  1. vous avez peur que vos ami.e.s vous critique … Putxxx! Tu crains! Tu n’as même pas essayé!!?
  2. vous vous sentez inférieur.e car dans la bande, deux ami.e.s ont EUX réussi.e.s à tenir leurs engagements,
  3. vous sentez que vous n’avez pas pu vous affirmer vis à vis de vous-même pour débuter et encore moins à ce moment-là pour vous expliquer.
  4. peut-être que le perfectionnisme vous a poussé à vous fixer un objectif inaccessible?
  5. enfin, culpabilité assurée!


Pourquoi les bonnes résolutions sont une mauvaise idée?

Se fixer une bonne résolution sans réfléchir est dangereux pour la santé!

Jetées en l’air elles ne sont qu’un vœu pieu!

Penser est difficile c’est pourquoi la plupart des gens jugent.  Se fixer de bonnes résolutions, à la volée, un soir de Nouvel An revient souvent à poser des engagements sans beaucoup de réflexions. Alors, ces bonnes résolutions sont motivées par le jugement. Preuve en est, des centaines de listes de bonnes résolutions les plus populaires que l’on peut trouver sur internet. Ces bonnes résolutions relèvent de ce qui est communément perçu comme bien. (ne pas fumer, manger sain, faire du sport…)

Bonne résolution? Mais bonne pour qui?

Les bonnes résolutions ainsi prises, s’adressent finalement à tout le monde et à personne! Non personnifiées, elles restent distantes de nous et nous avons du mal à nous les approprier! Ou pire encore, c’est pour se donner bonne conscience ou faire plaisir à quelqu’un d’autre (parent, conjoint…) que la bonne résolution est prise. Alors, elle a encore moins de chance de devenir réalité!

Pour autant, bien pensées, les bonnes résolutions sont une excellente chose!

En revanche, les résolutions bien pensées sont une excellente idée!

6 bonnes pratiques pour transformer une “bonne résolution” inutile en “résolution bonne” pour soi. 

Vous avez remarqué comme les bonnes résolutions sont des trucs chiants que l’on n’a pas envie de faire! …..

Intellectuellement, on s’y retrouve mais concrètement, ça ne fait pas rêver. Personne ne choisit comme bonne résolution de continuer à manger trop gras et trop sucré ou d’augmenter le temps de jeux vidéos de ces enfants ou encore d’aller encore moins souvent voir ses parents ou grands parents à la maison de retraite.

Voici 6 bonnes pratiques pour rendre ces bonnes résolutions réalité et ainsi booster sa confiance en soi!

#1 – Deux + pour un –

La règle des deux points positifs pour un point négatif garantit l’intérêt que l’on a à mettre en place une bonne résolution indépendamment des effets pénibles que cette dernière va susciter.

Aussi pénible que soit une mauvaise habitude, si nous ne l’avons pas encore changée c’est parce qu’elle nous apporte également des éléments positifs. Tant qu’il n’y aura pas plus d’intérêts à changer – la bonne résolution ne sera pas appliquée.

L’exercice consiste donc à :

  1. Enumérer tous les points négatifs à vivre la situation que vous souhaitez faire évoluer par une bonne résolution,
  2. Trouver deux points positifs pour chaque point négatif!
Exemple: 1 Point Négatif à mettre en oeuvre ma bonne résolution: Arrêter de fumer me privera d'une certaine convivialité en soirée. Pour 2 points Positifs à mettre en oeuvre ma bonne résolution: Fumer me donne très mauvaise haleine et Fumer altère ma capacité respiratoire. 

Vous l’aurez compris, votre listes de points positifs à mettre en oeuvre la bonne résolution sera deux fois plus longues que celles des points négatifs à mettre en oeuvre la bonne résolution.

C’est une excellente manière d’interroger l’importance que revêt pour vous la mise en place de ce changement dans votre vie. S’il vous est difficile de trouver deux + pour un -, inutile d’être devin pour prédire que la bonne résolution en question restera un voeu pieu, terreau d’une perte de confiance en soi.

#2 – On ne dit pas « je veux »

Et bien si! Quelle qu’ait été votre éducation, il est indispensable de formuler votre résolution en commençant par un franc et percutant “JE VEUX”.

Vous conviendrez que cela a plus de chance d’aboutir qu’un “j’aimerai éventuellement, peut-être, à réfléchir…”

#3 – Small is beautiful!

Les listes “à la Prévert” ont nettement moins de chance de devenir réalité, qu’une seule bonne résolution bien réfléchie!

Alors oui, cela fait plus rêver d’arrêter de fumer & de se sculpter un corps de rêve & de partir 3 fois en voyage & de devenir localvore & d’atteindre 0 déchet dans l’année.

Mais cela aura beaucoup moins de chance d’aboutir que arrêter de fumer OU de se sculpter un corps de rêve OU de partir 3 fois en voyage OU de devenir localvore OU d’atteindre 0 déchet dans l’année.

Mieux vaut mettre 5 années pour voir aboutir ces 5 résolutions en les mettant en oeuvre une à une plutôt que de le répéter comme un refrain toutes les 5 chaque année et n’avoir toujours rien fait au bout de 5 ans.

Si comme moi vous êtes convaincu.e que moins peut amener à plus ou si vous n’en croyez pas un mot, je vous invite à lire mon article Quand faire “moins vite” permet de “faire plus”: la magie du slow!

#4 – Est ce que cela dépend 100% de moi?

Autrement dit, êtres-vous l’unique responsable dans la mise en oeuvre de cette résolution? Si la réponse est non, laissez tomber et revoyez-la.

Arrêter de fumer ne dépend que de vous en revanche trouver un emploi, non! Vous voyez la différence? Pour trouver un nouvel emploi, il faut qu’une autre personne choisisse de vous recruter. C’est en cela que cela ne dépend pas à 100% de vous.

Il ne faut pas renoncer à trouver un job pour autant! Ne me faites as dire ce que je n’ai pas écrit… En revanche, votre bonne résolution pourrait être: tout mettre en oeuvre pour optimiser mon CV et ma lettre de motivation et prendre attache auprès d’un cabinet de recrutement pour potentialiser mes chances!

Vous serez peut-être intéressé.e par mon article sur les 10 commandements qui m’ont permis d’exercer un job que j’adore. Cliquez ici pour lire cet article.

#5 – Et qu’est ce qui j’y gagne ou la méthode des 5P.

En quoi l’application concrète de votre bonne résolution dans votre quotidien est importante pour vous? Qu’est ce que cela vous apportera d’important ?

Mesurer l’enjeu de cette résolution permet de galvaniser la motivation et alors de s’augmenter nos chances de réussite!

La règle des “5P” pour “5 Pourquoi”!

La méthode des 5P dite aussi méthode des 5 Pourquoi a été inventée par l’ingénieur industriel japonais Taiichi OHNO (1912 –1990)  et permet d’identifier les causes profondes d’un phénomène observé.

Parceque la réponse au premier pourquoi ne met en évidence qu’une raisin superficielle, le fait d’insister en posant 4 pourquoi encore appliqué à chacune des réponses permet de découvrir la cause profonde!

  1. Pourquoi est ce que je veux arrêter de fumer? Pour ne plus avoir une haleine de phoque.
  2. Pourquoi ne veux-je plus avoir une haleine de phoque? Pour avoir plus de faciliter à m’adresser aux autres.
  3. Pourquoi est ce que je veux avoir plus de faciliter à m’adresser aux autres? Parceque j’en ai assez d’être seul.e!
  4. Pourquoi est ce que j’en ai assez d’être seul.e? Parceque j’aimerai fonder une famille!
  5. Pourquoi est ce que j’aimerai fonder un famille? Parceque j’aimerai transmettre tout ce que cette vie m’a apporté.e en expériences difficiles et merveilleuses.

Au final, je veux arrêter de fumer pour pouvoir transmettre tout ce que cette vie m’a apporté.e en expériences difficiles et merveilleuses. Voilà LA motivation profonde qui offre beaucoup plus de chance de réussite!

#6 – Parlons positif 😉

Le cerveau ne comprend pas la négation. Qu’est-ce que cela signifie ? Prenons un exemple ultra connu. Si je vous demande de ne pas penser à une baleine, vous allez immédiatement visualiser une baleine dans votre esprit. Ensuite, vous allez vous dire que vous devez oublier cet animal et arrêter d’y penser. Vous essaierez donc de ne penser à rien ou à autre chose. Mais le mal est fait. Vous ne deviez pas penser à une baleine et vous l’avez fait.

Rassurez-vous, tout ceci est normal. En réalité, le cerveau ne peut pas comprendre « ne pas penser à une baleine ». Il est obligé d’imaginer ce qu’il est possible de faire, puis se dit qu’il ne faut pas le faire. La négation n’est pas naturelle pour lui. Il imagine donc l’action interdite, puis il décide de faire l’inverse.

Ainsi, sans le vouloir, en utilisant des formulations négatives, nous allons inciter notre cerveau à penser à ce que nous ne voulons pas qu’il pense.

Ainsi, en pensant je ne fume plus ou j’arrête de fumer, on envoie d’abord un message à notre cerveau qui dit “fumer”, “je fume”. Ce qui va stimuler l’envie que nous cherchons justement à éliminer.

Nous prenons donc un risque en éveillant la possibilité de le faire.

Un remède consiste à parler positivement. Nous préférerons donc “je veux une haleine fraiche” à “j’arrête de fumer” ou “je veux m’habiller en taille 38” plutôt que “je veux perdre du poids”.

Avec ces 6 bonnes pratiques : améliorez votre estime de vous même!

Si les bonnes résolutions non tenues peuvent nuire à votre confiance en vous, les bonnes résolutions réfléchies et réellement mises en oeuvre permettent de booster l’estime de soi.

L’estime de soi est la différence que chaque individu fait entre la perception qu’il a de lui même et la personne qu’il aimerait donner à voir. Plus le gap est réduit, plus l’estime de soi est bonne.

Ainsi, je ne peux que vous conseiller de prendre cette affaire de bonnes résolutions très au sérieux. Il en va de votre bonheur et de votre paix.

Pour conclure, je vous souhaite de prendre la bonne résolution formulée en “je veux” et positivement, qui dépende de vous à 100% et vous apporte la satisfaction du 5ème pourquoi.

Vous l’aurez deviné, en commentaires, j’adorerais lire vos résolutions bonnes pour vous!

Sonnya

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

5 réflexions au sujet de “Les bonnes résolutions sont-elles une fausse bonne idée?”

  1. Ne pourrait-on pas simplement cesser de parler de “bonnes” résolutions ? Résolutions tout court fonctionne très bien, en envoyant le message à l’inconscient de trouver une solution à un problème. “Bonnes” résolutions nous envoie directement vers la culpabilité, puisqu’en ne les tenant pas, nous affirmons le contraire, c-à-d le “mauvais” qui est en nous.

  2. Super ! Merci beaucoup pour cet article Sonnya ! Je me suis lancé le défi de perdre du poids , je vais chercher 2 points positifs à chaque point négatif et surtout les 5 pourquoi. Cela me semble être un point de départ différent qui j’espère fera la différence avec mes précédentes tentatives.

  3. Hello Sonnya,
    Je préfère la notion de “défi” à celle de “bonne résolution”. Derrière “résolution”, j’entends problème. Alors que derrière défi, j’entends “challenge” et “aventure”, beaucoup plus stimulant à mon sens 🙂

    1. Je vois Valentine et compte tenu du nombre de défis que l’on voit fleurir sur les réseaux sociaux, je pense que tu sens une tendance! J’ai d’ailleurs l’envie et le projet de lancer un défi pour définir sa bonne résolution de l’année 2020 en 1 semaine. “7 jours pour donner sens et vie à ton année 2020!” Une façon de mêler les deux… Qu’en penses-tu?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *